Devenir décoratrice d’intérieur, mon parcours et mes conseils

Le métier d’architecte d’intérieur ou de décoratrice(teur) est très en vogue ces dernières années. Je pense que l’effet COVID a fortement décuplé le phénomène. En effet, on a tous subi des contraintes positives ou négatives qui nous on au moins permis de prendre du recul sur nous-même, nos aspirations, notre place dans notre écosystème et notre alignement. 

Le métier d’architecte d’intérieur ou décoratrice étant des métiers passion, nous sommes de plus en plus à oser se lancer dans ce beau challenge car nous avons besoin de sens. Mais avant de se lancer, on a souvent des croyances limitantes et des stress qui nous empêchent d’avancer.

Moi c’était :

« Non mais entre penser mon intérieur versus celui d’un autre, je ne saurais pas le faire » ou « non mais ça ne gagne rien », ou « ce n’est pas un « vrai » métier » ou bien « qui voudra bien me confier ses projets si je n’ai pas de diplôme d’architecture d’intérieur ? »

Et bien, je vous invite, plutôt, à vous poser les questions suivantes :

  • Croyez-vous que les youtuber de 18 ans qui font des millions de vues gagent leur vie ?
  • Ont-ils un diplôme Youtube ?
  • Connaissez-vous les diplômes des créateurs(trices) que vous aimez ?

Les métiers artistiques ont l’avantage de pouvoir être faits de manière autodidacte. Peu importe que vous appreniez votre métier sur le banc d’école ou par vous-même, l’important c’est de tout donner pour apprendre, progresser, et donner le meilleur de soi-même. Et ça, je ne l’ai compris que tard. En effet, je suis plutôt de ceux qui ont besoin d’avoir un diplôme pour paraitre légitime. Effectivement, dans certains domaines cela aide mais pour d’autre ce n’est pas le plus important. C’est ce que vous avez en vous, qui compte.

Pour la petite histoire, j’ai grandi avec une maman artiste, passionnée par la maison. J’avais une grand mère spécialiste des églises romanes qui avait écrit des thèses à ce sujet et donnait des conférences. Et j’ai eu la chance de vivre dans des maisons à histoire. Cet environnement m’a donné une première culture de la maison, la construction, les styles, les harmonies. 

J’ai fait une école de commerce un peu comme ça au hasard parce que j’avais envie de travailler dans la mode à l’époque et on m’a dit qu’il fallait faire une école. En sortant de l’école, je me suis dit que je n’avais pas choisi la meilleure formation et que j’aurais dû faire architecte d’intérieur. Seulement voilà, archi d’intérieur c’est 5 ans d’études et j’avais envie de travailler. Alors, j’ai fait un premier stage au BHV à construire la boutique en ligne de la collection deco, puis j’ai enchaîné les autres expériences en agence et dans une start up. Au final, ma meilleure expérience c’était ce fameux premier stage. 

Le 2 janvier 2020 en rentrant au travail, j’ai eu ce fameux déclic. Ma place n’était plus ici, il fallait que je change de métier que je fasse quelque chose qui me corresponde vraiment et j’avais très envie de travailler à mon compte et non plus pour un patron. J’ai, alors, entamé une semaine après une formation en ligne après une recherche 🧐. La formation s’appelle Creacours. C’est la formation qui m’avait le plus plu à l’époque mais je dois dire que j’ai été assez déçue. J’aurai du faire comme certaines d’entre-vous et demander des avis sur les réseaux. Je crois que je n’ai pas osé. 

Donc vous l’aurez compris, je ne vais pas vous recommander ici une formation en particulier. Simplement, je vous encourage à vous poser ces questions là : 

  • Souhaitez-vous être décoratrice ou architecte d’intérieur car ce sont 2 métiers assez différents. 
  • La formation forme-telle bien aux logiciels 3D et de plans ?
  • Il y a t il des cours en direct et fournissent-elles un suivi efficace ? Moi par exemple, j’avais juste une correction de mes cours mais pas de conseils en particulier donc c’est très facile de déconnecter rapidement 
  • La formation forme-t-elle à la gestion des rendez-vous clients ? 

Quelle formation choisir pour devenir décoratrice d’intérieur ?

Comme je le disais plus haut, une formation n’est pas indispensable si vous choisissez d’être décoratrice. Le métier ne l’exige pas au niveau légal tant que vous ne faites pas de l’architecture d’intérieur. Et puis, vos clients ne vont pas vous choisir en fonction de votre diplôme mais plutôt en fonction de vos compétences et de votre style. 

Pour commencer sereinement, je vous conseille de lister les compétences essentielles pour commencer et ensuite de vous former pour les maitriser. 

Par la suite, vous allez apprendre en faisant et vous former au fur et à mesure. Il existe de nombreuses ressources pour ça. Mais si vous avez besoin d’une formation solide, faites-là, vous gagnerez certainement du temps ensuite. 

Moi j’avais besoin d’aller vite, j’avais déjà un bagage en commerce, communication et marketing et en gestion de projet, donc j’estimais qu’il me restait plus que la partie technique du métier propre. 

Il y a des décoratrices qui sont plus à l’aise au dessin et d’autres en 3D. Choisissez le mode de représentation que vous préférez et travaillez ce point afin d’être à l’aise devant vos clients. Les outils ne sont là que pour communiquer vos idées. Le plus important ce sont vos idées pas les outils. 

Par exemple, je ne suis pas très à l’aise en dessin alors j’ai choisi de faire une formation 3D à Paris de 5 jours pour commencer. Je suis allée chez Adebeo qui propose de bonnes formations. Dernièrement, je viens de me former au dessin sur tablette afin de proposer une alternative à la 3D et puis pour pouvoir mieux communiquer mes idées en RDV. 

Aujourd’hui, je suis donc capable de présenter mes idées sur ces 2 supports et peut-être qu’un jour je ferais des beaux croquis à la main mais pour l’instant je n’en ressens pas l’envie. 

Ensuite, il faut effectivement choisir si vous souhaitez être à votre compte ou salarié. Je n’ai pas fait beaucoup de recherche sur ce dernier point mais je ne pense pas qu’il y ai beaucoup de postes en salarié. La partie financière n’est effectivement pas à négliger. C’est d’ailleurs un point qui peut vite freiner certaines d’entre-vous. 

Si vous choisissez d’être à votre compte, le plus rassurant c’est de partir de son précédent emploi avec une rupture conventionnelle de façon à avoir 2 ans d’indemnités chômage; c’était mon cas. 

Ces 2 ans vont vous permettre de commencer à vous créer un réseau, une expérience. Je vous conseille de ne pas arrêter tant que cela n’a pas marché 😉

Aujourd’hui, j’arrive à la fin de ces 2 ans, et quand je regarde dans le rétroviseur je suis assez impressionnée par tout ce que j’ai fait. Chaque projet gagné est une victoire de plus, j’avance pas à pas mais j’avance.

Mais quel salaire gagne une décoratrice ?

C’est une question très délicate car c’est un métier d’indépendants donc cela va dépendre de vos projets gagnés. Je n’ai que 1 an de recul sur le chiffre d’affaires généré. Si je lisse sur 12 mois, j’ai gagné le salaire minimum mais c’est un chiffre en progression. Je ne vous cache pas que j’ai fait des mois à zéro et d’autres meilleurs que mon salaire de salarié ;-). C’est assez stressant à gérer, mais lorsque vous arrivez à gagner plus qu’avant c’est une belle satisfaction. La clé, c’est de pouvoir mettre de côté une réserve de manière à piocher dedans dans les mois plus compliqués. La deuxième clé, pour ma part, a été de diversifier les apports financiers. J’ai, entre-autre, mis ma maison en location sur Airbnb, je la propose aussi à la location pour des shooting photo. Vous pouvez aussi donner des cours, travailler chez un agenceur ou un cuisiniste. Grâce à ça, je me suis versé le même salaire qu’en tant que cadre.

Quel rythme de travail ?

Quand on est à son compte, c’est ici une véritable souplesse que le métier vous offre. Mais il faut savoir gérer son temps, les semaines passant bien trop vite. Moi je crois que j’ai mis plus d’un an à trouver mon rythme. Quand on a peu de projet, c’est dur de se motiver. Il faut aller prospecter, mais on ne sait souvent pas par où commencer et il y a un temps de latence de prise de décision de vos clients que vous allez subir la première année. Vous allez donc tâtonner pour trouver votre rythme. Au bout d’un an, j’ai suffisamment de projets pour remplir mes journées et cela me donne de l’énergie pour travailler encore plus. Je viens même d’inscrire mes enfants à la garderie du mercredi matin, pour que je puisse travailler une demie journée de plus.

Je dirais que l’avantage du métier, c’est donc sa souplesse, je peux : ne pas travailler une demie journée et travailler jusque 23h d’autres. Mais je vais toujours chercher mes enfants à 17h45 car c’est important pour moi. Je propose aussi à mes clients des coachings le samedi matin parce que cela ne me dérange pas, mais je ne fixe pas de RDV les samedi après-midi et dimanche. À vous de trouver votre rythme.

Voilà j’espère que cet article vous donnera un éclairage sur le démarrage de votre reconversion.

Au plaisir de vous lire via les commentaires ou en message privé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.